Exposition de l’ÉSAD d’Amiens Design Week — Emergences Du 10 octobre au 15 novembre 2020 Tripostal — Lille

Exposition autour de trois thématiques : ​«Corps signés», ​«Indéniable humanisme» et «Partenaires particuliers».

Corps signés — Transcription gestuelle
Capter le mouvement et le traduire en signes est un défi relativement fréquent en école de design. L’Esad d’Amiens y répond en associant au design graphique une expertise en dessin de caractères et l’apport de la linguistique. Les corpus de signes créés répondent chacun à une intention particulière selon le projet : annotation visuelle, didactique et apprentissage, recherche transdisciplinaire. Ces corpus constituent des systèmes opérationnels. Ils se lisent comme de nouveaux langages visuels, repoussant ainsi les limites de nos disciplines.

Indéniable humanisme — Formes d’engagement du graphique
Indéniable Humanisme révèle une génération de jeunes diplômé·es œuvrant pour une société où l’attention à l’autre serait au cœur de leurs engagements. Une nouvelle écologie du lien social semble être née de ces projets imaginés durant la période de confinement. Ces projets sont volontairement abordés à partir du prisme de l’individu dans sa dimension humaine, sexuelle, médicale, collective… Il y est question de se souvenir de personnes enlevées, de conserver des traces graphiques de manifestations sociales, de respecter la frontière entre l’espace professionnel et l’espace public, de stimuler la mémoire autobiographique pour ralentir les effets du vieillissement, d’évaluer l’impact psychique d’un coming out, ou encore de ressentir corporellement la présence de son futur bébé placé dans un utérus artificiel.

Partenaires Particuliers — I.A. : de l’interaction à la relation
Avec la montée en puissance des capacités de calcul algorithmique, de nouveaux programmes intégrés aux objets commencent à exploiter des schémas complexes d’analyse du langage, à prendre en compte le contexte et à s’améliorer au fur et à mesure de leur utilisation. Ces « créatures » seront bientôt capables de percevoir leur environnement, d’interagir avec lui et de prendre des décisions : elles acquièrent une autonomie. Cette nouvelle perte de repères fait disparaître la séparation entre les êtres animés et inanimés et questionne les relations et les comportements que nous avons avec elles. Avec deux classes de 4e année, chaque étudiant·e s’est investi·e de cette problématique et a proposé une réponse de designer pour assister le quotidien d’une personne où chaque « créature » devait être envisagée à partir d’une dimension prospective.