Conférence Babi Badalov – Mardi 8 janvier à 17h45 à l’ésad d’Amiens

Les réfugiés viendront

Le langage constitue le matériau essentiel à partir duquel travaille Babi Badalov. Se considérant lui-même comme « victime des langues », il est convaincu que chaque personne est un livre, à partir duquel il est possible d’analyser la nature humaine. Nomade, Babi Badalov connaît sept langues: talych, farsi, azéri, russe, turc, anglais et français. Il parle ces sept langues mais aucune d’elles à la fois. Pas l’une plus que l’autre. Mais toutes en même temps, sans hiérarchie véritable, sans véritable langue principale, ni même maternelle. Babi Badalov ne veut pas parler anglais car il n’est pas anglais. Il n’est plus azéri, mais ne sera jamais européen ou français non plus. Il est devenu un perpétuel étranger, qui aura toujours un accent. L’ ensemble de son oeuvre est son journal autobiographique, témoignage d’une vie d’émigré relatée à travers le langage artistique, le seul langage qu’il maîtrise bien.
La majorité de ses travaux joue sur les paradoxes linguistiques. Dans ses peintures ou ses dessins, se mêlent les langues, les alphabets, les signifiants et signifiés, les étymologies plus ou moins inventées et les jeux de mots où se substitue à une sémantique savante un art de la poésie sonore et visuelle.


Ecole supérieure d’art et de design d’Amiens
40 rue des Teinturiers – Amiens

En partenariat avec Le Carré Noir du SAFRAN,dans le cadre de l’exposition
LES REFUGIES VIENDRONT-Babi Badalov : du 16 Janvier au 8 Mars
Vernissage le Mercredi 16 janvier à 18h30